free web builder

Le TAS DE SCHULTZ

(1884-1970)


Le training autogène de Schultz (Johannes Henrich Schultz)


J.H. Schultz était un psychiatre allemand qui s’intéressait à l’hypnose et l’utilisait dans sa pratique médicale.

Son attention fut attirée par l’importance des sensations de lourdeur et de chaleur décrites par presque toutes les personnes hypnotisées, sensations ressenties aux membres d’abord, puis se généralisant à tout le corps.

Le training autogène de Schultz repose sur la triade calme - lourd - chaud, technique dans laquelle les personnes s'efforcent de maîtriser leurs réactions physiologiques par l'autosuggestion.

La lourdeur correspondait à une détente musculaire profonde et la chaleur à la dilatation des vaisseaux sanguins.

Schultz se dit que si au moyen d’autosuggestions un individu parvenait à reproduire ces sensations de lourdeur et de chaleur à volonté, il obtiendrait tous les avantages de l’hypnose sans les inconvénients, un des principaux avantages étant la possibilité de se détendre profondément sans l’assistance d’une autre personne.

C’est à partir de cette hypothèse de base que Schultz a développé sa méthode.

Après s’être mis en situation de détente (pièce calme, position assise ou couchée, etc.), le sujet répète mentalement des phrases suggérant la lourdeur et la chaleur des membres et du reste du corps.

Graduellement, il ressent ces sensations qui l’entraînent dans une détente de plus en plus profonde.


La méthode de Schultz est une méthode personnelle, "responsable ", d'entraînement à l'autohypnose, réduisant au minimum la suggestion provoquée par un opérateur.

Elle peut être appliquée à une très large variété de désordres physiques et psychiques.

Le training autogène de Schultz comporte deux cycles : l’inférieur et le supérieur. Nous ne développerons pas ce cycle supérieur qui est en réalité une psychothérapie analytique .

Le cycle inférieur, lui, correspond à l’apprentissage de la relaxation proprement dit. Il est composé d’un certain nombre d’exercices, des « stades », qui permettent de parvenir à la détente et d’obtenir une « déconnexion générale de tout l'’organisme».


Comment procéder :

 Première phase du cycle inférieur : l’entraînement autogène standard :

Il comprend une série de 6 exercices dont les 2 premiers sont les plus importants.

Il s'agit, au cours de ces exercices, de faire éprouver au sujet, graduellement, une série de sensations corporelles.

Le sujet est placé dans une ambiance calme et dans une position adéquate, de manière que ses muscles soient détendus.


1- Expérience de la pesanteur :

Mon bras (droit puis gauche) est lourd, tout à fait lourd – ma jambe (droite puis gauche) est lourde, tout à fait lourde. Tout mon corps est lourd, comme attiré vers le centre de la Terre. Tout mon corps est agréablement lourd.


2- Expérience de la chaleur :

Mon bras (droit puis gauche) est chaud, tout à fait chaud – ma jambe (droite puis gauche) est chaude, tout à fait chaude. Tout mon corps est chaud, comme réchauffé par les rayons du soleil. Tout mon corps est agréablement chaud.


3- Expérience de ma respiration :

J’ai conscience de mon diaphragme. Il y a quelque chose qui respire en moi. J’entends ma respiration. Mon ventre s’élève et s’abaisse, comme un bateau sur une mer calme. Je suis transporté par ma respiration. Tout mon corps respire. Je suis ma respiration.


4- Expérience de mon cœur :

Je sens mon cœur dans ma poitrine. Mon cœur bat calmement, tranquillement, puissamment. Mon cœur et mon corps battent au même rythme. Mon cœur bat dans mon corps et avec mon corps.


5- Expérience de mon plexus solaire :

Je porte mon attention sur cette zone de mon corps située juste sous le sternum. Une douce lumière chaude réchauffe mon plexus solaire. Cette douce chaleur rayonne tout autour de mon plexus solaire. Mon ventre devient chaud à l’intérieur. Il y a comme un soleil dans mon ventre.


6- Expérience de mon cerveau relaxé :

Mon front est agréablement frais. Je sens une agréable sensation de fraicheur sur mon front.


7- Reprise :

Ici se place le processus de reprise d’activité de veille passive, puis active en pleine possession de toutes nos capacités.